Critiques et tests RSS

  • 18 févr. 2013
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu et il y a plus de 6 ans.
    17 personnes sur 17 ont trouvé cette critique utile.
    Par Avatar de Anguille
    Comment une équipe réduite (une quarantaine de personnes) peut elle réussir là où un gros studio comme Blizzard a, selon moi, échoué ?
    Path of Exile (PoE) est la révélation du moment en matière de hack and slash.
    La non localisation du jeu n'est pas un problème. Les anglophobes peuvent jouer à ce jeu sans soucis. Tout juste auront ils besoin d'un peu d'aide pour établir l'arbre de compétence de leur personnage.
    L'arbre de compétence, parlons-en. Il laisse une liberté totale dans la construction de son personnage. Sachant que tout le monde partage le même arbre, on peut faire un maraudeur (guerrier) lanceur de sort, une witch (sorcière) combattant au corps à corps, etc... Tout est possible ! Bien évidemment cela sera plus ou moins évident en fonction de votre classe de départ, mais ce sera faisable.
    Les combats sont variés, les quêtes suffisamment originales pour ne pas être rebutante lorsque l'on passe à la difficulté supérieure et que l'on recommence le jeu.
    PoE est une franche réussite malgré la présence de petits défauts (mais n'oublions pas que le jeu n'est pas encore officiellement sorti et qu'il est en phase open beta).

    A préciser pour ceux que cela pourrait rebuter, l'itemshop n'est pas un "pay to win". Les objets en vente sont uniquement "cosmétiques" et pratiques ! Effets d'aura sur les armes, emplacement pour un personnage supplémentaire, danses, mini pets, agrandissement du coffre,...
    Publié le 18 févr. 2013 à 23:42, modifié le 18 févr. 2013 à 23:47
    17 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 9 avril 2013
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu et il y a plus de 6 ans.
    12 personnes sur 12 ont trouvé cette critique utile.
    Digne successeur de Diablo 2, ce hack'n'slash offre vraiment un coups de nostalgie aux joueurs fans du genre. Tout y est bien pensé, que ce soit au niveau du gameplay ou de l'arbre (constellation) de talents. C'est très riche, les possibilités sont infinies et GGG ajoute hebdomadairement du contenu (gemmes, sorts, etc. ). Il faut se dire que le jeu est encore en bêta ouverte mais je n'ai jamais vu un jeu bêta aussi abouti pour un bêta-test.
    En effet, le jeu ne plante pas et bugue très peu, il est bien optimisé et le développement se fait dans ce sens.

    On peut aussi noter la richesse du bestiaire (zombies, monstres de la jungles et des cavernes, soldat etc. ) , des armes avec des centaines de roll possibles, etc.
    Le jeu propose trois niveaux de difficultés à savoir Normal, Cruel et Mercyless et c'est là que ça devient vraiment sympa car si le perso n'est pas bien optimisé, on n'avance tout simplement plus ! Du fait, que le niveau Mercyless donne un malus de -15 % d'exp / mort (c'est pas du jeu de Hardcore Gamer, ça peut être ? ! ).
    Tout ceci nous donne une excellente durée de vie pour ce titre, en effet, il faut compter environ sept jours de jeu (soit environ 170h) pour espérer terminer le mode Mercyless avec un premier personnage et en découvrant tout le jeu.

    Plein de petits détails vous immergent dans le jeu à 200 % que ce soit des flèches qui se plantent, aux loots tombés à terres. Les possibilités de stuffing sont, elles aussi, très grandes, avec des possibilités de gameplay basées uniquement sur un stuff par exemple, donnant des bonus exclusifs (comme certains légendaires).

    La communauté internationale sur ce jeu est aussi un bel atout car on peut commercer avec beaucoup de monde et ce, à n'importe qu'elle heure !

    Pour résumer, tout y est fun, les boss et les packs d'élites ne sont pas déséquilibrés à en spammer la mort comme dans D3 (même avec un perso très opti) , c'est très bien pensé. Si votre perso vous l'avez bien monté, en réfléchissant à réaliser un juste équilibre entre résistances/vitalité/dps, le jeu est un pur régal.

    Bref, du fun encore du fun, foncez !
    12 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 23 mai 2012
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 7 ans.
    28 personnes sur 33 ont trouvé cette critique utile.
    Quand on te lit lioula on s'aperçoit d'une chose : tu n'as certainement pas joué à diablo 1 et 2.
    Entre Diablo 2 et Diablo 3, il y a un fossé, que dis-je, un gouffre.
    Premièrement, un jeu avec de beaux graphismes, ça ne fait pas obligatoirement un bon jeu.
    Il est beaucoup moins addictif que ces prédécesseurs du fait d'un leveling trop rapide : on est 50+ à la fin du mode cauchemar, le level max étant 60 c'est à dire 39 niveaux de moins que D2.
    L'arbre de talents de D3 est une pure merde, aucune synergie... Celui de D2 était bien mieux foutu mais apparemment trop compliqué pour les joueurs actuels.
    Le système de runes est comment dire... Ah oui, mal exploité et mal foutu comme le reste.
    L'AH est une aberration, même si cela constitue un rempart contre les voleurs et autres escrocs, je suis totalement contre.


    Diablo, qu'est ce que c'est ?

    C'est l'histoire d'une grande lignée de jeux, développés par Blizzard North.

    Les deux premier du noms, Diablo, Diablo II et Lord of Destruction rencontrent un énorme succès.
    Les points caractéristiques étant le principe du PMT Porte-Monstre-Trésor, le farm, l'ambiance glauque, le pur style hack & slash.

    Alors, où est le souci avec Diablo III ? Mis à part le fait que ce jeu est en développement depuis... Au bas mot, 8 ans, dont 4 passés après l'annonce du jeu ; ce jeu pose problème au niveau de la casualisation indéniable.

    Grâce à la nouvelle génération Activision Vivendi et compagnie, aussi connue sous le nom de "pompe à fric", nous avons obtenu après des années d'attente qui suivirent la fin de Diablo II et de Baal, un jeu qui au final n'a de Diablo que le nom et le boss de fin.

    Diablo II (celui qui m'est familier) , qu'est ce que c'est ? Tout d'abord une légende bourrée d'énigmes. Les pierre de Jordanie, les Über, Diablo qui marche sur le monde, la torche de flammes infernales, la fameuse gemme mystère, le niveau des vaches, les runes et mot runiques !
    Mais c'est aussi un gameplay formidable, avec des dizaines de façons de jouer son personnage comme on l'entend ! Des arbres de talents basés sur la synergie inter techniques, des points de statistiques choisi par le joueur afin d'obtenir le résultat souhaité.
    Il n'y avait "que" 5 classes (de base, à savoir Barbare, Amazone, Sorcière, Paladin et Nécromancien) , mais les builds trouvés par le joueur différaient à tel point qu'on pouvait croire qu'il y avait plus de 15 classes. Rien que chez le Paladin, on pouvait jouer Paladin "Hammer" où bien "Zeal". Nécromancien basé sur les invocs, où bien sur les spells, que sais-je encore... Il y avait aussi un tas de builds "Just for fun", comprenant des Barbares "Lapins Hurlants" qui stackaient le mana, et passaient leur temps à bondir et crier tout le long d'une partie, où encore le "Lampadin" qui lui ne prenait QUE de la portée lumineuse, si bien que, bien que ne servant à rien, il pouvait révéler le quadruple de map par rapport aux personnages normaux.

    Diablo II c'était le pouvoir de customiser sa classe, de jouer un perso unique où presque, d'avoir une flexibilité en jeu incroyable (les fameux raccourcis F1, F2,... utilisables à tout moments ! ) afin de switcher très vite de techniques, privilégiant ainsi le skill pour s'adapter au plus vite à chaque situation.

    Diablo III qu'est ce que c'est ?
    Eh bien c'est un jeu où le gameplay est quasi inexistant. Globalement, vous avez le choix entre clic gauche et droit, l'un générant où ne dépensant pas de ressource, l'autre en dépensant ; puis 4 skills bouche trous basés sur la survie ponctuelle où la mobilité, et qui possèdent un gros CD la plupart du temps.

    Mis à part ce fait, les skills ne sont interchangeables que par un menu, qui ne met pas le jeu en pause, et dans lequel on doit aller chercher chaque technique à sa place, puis choisir une rune, car bien sûr, le jeu ne sauvegarde pas de configurations de joueur, il faut donc tout refaire à chaque fois. Après avoir passé du temps à chercher ses techniques et ses runes, on remarque aussi que l'on doit attendre une dizaine de secondes avent que le sort ne devienne utilisable, et ce, afin d'empêcher les joueurs de stacker les buffs où autres.
    A côté, nous avons la joie de découvrir que pour aider Jean Kévin à jouer, et par la même occasion lui faire payer 60 euros, le jeu attribue automatiquement les points de statistique au joueur. C'est comme ça, tu n'as pas le choix. En gros tous les Sorciers ont les mêmes stats, tous les Barabares ont les mêmes stats,... Clone clone clone.

    Nous feront tout de même une impasse sur le fait que la statistique la plus utile du jeu soit le DPS de l'arme, quelle que soit la classe jouée, puisque de toute façon, une arme à une main est dans 100 % des cas plus utile qu'une arme à deux mains avec le même DPS, idem pour l'ambidextrie qui n'est là que pour décorer.

    A cela on ajoute la destruction de l'idée novatrice de remplacement des runes de Diablo II à savoir les Runes de couleur (écarlate, Indigo,... ) qui donnaient chacune un effet différent à une technique, qui possédaient des dizaines de niveaux de qualité (comme les gemmes) et qui devaient être farmées.
    Comme ça risquait de déplaire à Jean Kévin, on a fait plus simple, on débloque une rune automatiquement à certains levels, comme ça le petit casual n’a rien à faire et sera content, un automatisme de plus, des fois que ce soit trop complexe et boudé par le 15-18 de JVC.

    Mis à part ça Diablo III, c'est surtout le tout nouveau mode Inferno, mode soi disant extrême. Mode qui, d'après les dires de Blizzard, est extrêmement difficile, Jay Wilson est mort sur des mobs, OMG go nerf.
    Ce fameux mode inferno aura résisté 3 jours et demi à la guilde Méthod, qui, bien que n'étant pas représentative du commun des mortels, montre bien qu'en farmant comme un chinois, ça passe easy.
    En gros le mode Inferno, c'est le nom qui sonne D@rk pour dire "Mode Kitting". Les boss ont 30 millions de pv, c'est trop hardcore, mais bon, à côté on a du rez illimité, et des boss 100 % prévisibles. La stratégie est donc d'aller courir en rond pendant 20 minutes, et au final de tuer le boss en ayant pris trois coups. Pour ce qui est des packs de mobs, du slow du CC, du marathon et trololol. Même pas besoin d'avoir du DPS, les boss n'ont PAS de timer ni d'enrager (comme dans WoW, si le groupe n'a pas assez de dégâts, le boss enrage et c'est terminé). Seule exception à la règle, le premier boss de l'acte 1, puisque la salle comporte des plaques qui s'enflamment de plus en plus au fil du temps, donc si trop peu de DPS, toute la salle est en flammes, mais c'est la seule exception, les autres boss pouvant être kite pendant 1 heure si le cœur vous en dit.

    J'ai failli oublier l'avancée technologique majeure toute droit sortie de l'usine à pognon Activision, l'hôtel des ventes à argent réel, histoire de bien plumer les kikoos qui veulent une armure brillante, et qui au passage, sont prêts à verser jusqu'à 250 euros pour ça. Bien sûr Blizzard touche une commission sur chaque vente, et bien sûr, si vous voulez faire plusieurs ventes par mois, il faudra vous même payer.

    Voilà, au final Diablo III est une usine à persos clonés sans aucune possibilité de se démarquer des autres, avec les mêmes skills, les mêmes stats et le même stuff (au final).
    Vous allez donc passer des dizaines d'heures à refaire exactement la même chose que durant les 6 heures que vous avez passées à clean le mode normal, tout ça pour un clone.

    Je suis très heureux d'avoir attendu 10 ans pour ça, vraiment.

    P. S Vive le monde des Poneys où tout est rose bonbon et vert fluo et qui n'a strictement rien à ! @#$ % ^ dans diablo. Mis à part ça Blizzard a décidé de supprimer les familiers qui ramassent les golds parce que ça ne collait pas à l'univers Diablo, mais des Licornes @Monpetitponey qui batifolent dans un monde de nuages qui sourient et d'arc en ciel, ça colle tout de suite mieux.
    28 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 23 mai 2012
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 7 ans.
    14 personnes sur 16 ont trouvé cette critique utile.
    Après une bonne semaine de jeu où j'ai d'abord apprécié le jeu, j'ai fini par changer d'avis. Pour les curieux, j'ai monté un féticheur, jusqu'à l'acte 2 en inferno.
    Je n'aime pas Diablo 3. J'ai passé des années, comme beaucoup ici, à attendre ce jeu, j'avais de grands espoirs et j'ai fait tout ce que j'ai pu pour l'aimer.

    Mon constat aujourd'hui :
    - la gestion de la difficulté dans le jeu est affreuse, vu que les élites/champions sont des monstres de type aléatoire avec des bonus (4 en inferno) aléatoires. On peut se taper un groupe de zombies élites qui n'ont aucun pouvoir de déplacement et qui ne constituera aucunement un challenge, comme on peut croiser des monstres qui se téléportent et nous one-shot (malgré 200 résistances et 40. 000 pv).
    Le mode normal est un passage obligatoire pour chaque reroll malgré qu'il soit inintéressant au possible, on n'a pas envie de passer 10-15 heures à se faire chier à chaque fois, mais on y est forcé. Pourquoi si peu de difficulté en normal ?

    - le niveau maximum ne présente aucun vrai intérêt : vous souvenez-vous du niveau 99 sur Diablo 2 ? L'avez-vous jamais atteint ? Personnellement, non. Le fait que j'ai toujours la possibilité de monter en niveau constituait un but permanent. Désormais, on atteint le niveau 60 en 40 heures de jeu et derrière, tuer des monstres de base n'apporte rien ou presque. Il ne s'agit plus que de farmer des packs d'élites et de champions.

    - le tout-online est une vraie horreur : si jusqu'alors je n'ai jamais vraiment été dérangé par les DRM dans les jeux, la gestion des serveurs chez Blizzard est absolument dégueulasse. Autrement dit, ça lag. Impossible pour moi de m'attaquer au mode hardcore qui m'intéressait tant. Impossible également de jouer confortablement en softcore.

    - le jeu entier tourne autour de l’hôtel des ventes : oui, ce n'est pas un scoop, mais ce n'est qu'en jouant au-delà du niveau 50, lorsque la difficulté ET la puissance des équipements commencent à grimper de façon très raide. Forcément, on se sent obligé de suivre niveau équipement, donc on se tourne vers l'AH. Les loots de légendaires/sets (peut-on looter les sets ? ) sont extrêmement rares, un peu trop. Je pense qu'ils cherchent à forcer les joueurs à utiliser à un moment ou un autre l’hôtel des ventes, en particulier au vu de la venue prochaine du RMAH (argent réel).

    - le gameplay n'est pas aussi fun que prévu : je le trouve plutôt lent (comparé à celui de TL2 par exemple) , assez rigide dans le sens où l'on ne peut pas vraiment personnaliser son build. Ne me racontez pas de conneries sur les runes et les sorts. Quand je regarde les autres joueurs en partie publique, je constate que l'on finit presque tous avec le (s) même (s) build (s).

    Bref, j'y retournerai peut-être à l'avenir, quand ils auront stabilisés leurs serveurs, pour essayer le mode hardcore.
    Publié le 23 mai 2012 à 12:32, modifié le 23 mai 2012 à 12:34
    14 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 11 févr. 2013
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu et il y a plus de 6 ans.
    9 personnes sur 10 ont trouvé cette critique utile.
    Bon je vais être bref et direct, Path of Exile est tout simplement le meilleur H&S depuis Diablo 2. Il est très immersif, prenant, attachant, déroutant, je n'ai jamais entendu parler de ce jeu jusqu'à la semaine dernière et là, j'ai été littéralement charmé.

    Les graphismes sont très propres et beaucoup plus (réalistes) que D3 et surtout très, très variés. Les cartes aléatoires sont réellement aléatoires, pas comme un certain D3 qui fait pâle figure à côté. L'environnement sonore est très bien retranscrit (petit plus pour les musiques excellentes) , la prise en main est très simple et le système qui parait complexe au départ devient hyper simple et une véritable addiction.
    Ce qui m'a interpellé dans PoE sont les petits détails qui font sa force. Par exemple avec le ranger (archer) quand vous tirez vos flèches, elles restent plantées sur la cible, quand un loot tombe on le voit parfaitement bien avec le bruitage qui lui correspond bien. Bref, il y'a tellement à dire et je trouve tous ces détails absolument puissants.

    Le seul point négatif que j'ai trouvé est la taille du sac, vraiment rikiki. Mais bon, ça reste un point vraiment dérisoire : ) )

    Système de sphèrier comparable à celui de Final Fantasy X pour augmenter les stats, système de gemmes à implanter sur l'équipement et armes comparable à celui des matérias de Final Fantasy VII pour booster ses stats, techniques, etc. Ce dernier étant d'une diversité absolument phénoménale, tous les ingrédients sont réunis pour un bijou de jouabilité.

    Ce jeu n'est actuellement qu'en version bêta mais il promet vraiment énormément. De plus, il est gratuit et pas besoin de mettre la main au portefeuille pour pouvoir jouer correctement, un travail vraiment prodigieux a été apporté sur ce titre et j'en remercie sincèrement les concepteurs qui grâce à leur talent me procure, à moi comme aux autres, un vrai retour à la source, un vrai jeu, en un mot Path of Exile est la vaseline de D3 soyez en certains...
    Publié le 11 févr. 2013 à 13:26, modifié le 11 févr. 2013 à 19:47
    9 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 23 juin 2012
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 7 ans.
    25 personnes sur 34 ont trouvé cette critique utile.
    Huit ans pour ça ?
    Allez, les quelques points positifs :
    - Belles animatiques
    - Graphismes soignés à défaut d'être éblouissants
    - Système "compétences + runes" qui permet de tester plein de builds
    - Progression jusqu'à la fin du mode Enfer : on s'amuse, il y a un peu de challenge, du fun et quelques combats sympas même si c'est très très court.

    Maintenant les points négatifs :
    - Pas de personnalisation du personnage, 5 classes, 2 têtes par classe (femme/homme) et basta !
    - Système "compétences + runes" qui engendre une multitude de clones
    - Contenu hyper court, à faire 3 fois en boucle pour débloquer le mode Armageddon
    - Mode normal soporifique, casual very welcome
    - Vue ISO 3D dépassée, confine à la nostalgie... Aucune innovation !
    - Déplacement des personnages lent, pas de saut ni d'esquive (sauf compétences dédiées). Dommage.
    - Serveurs parfois indisponibles, quand même moins que lors du lancement du jeu, désastreux.
    - Lag & roll back fréquents (j'ai une machine puissante et un bon accès internet)
    - Pas de mode off-line, obligation de joueur en ligne. Pffff... Mesquin !
    - Mode Hardcore vous mettant à la merci d'un mauvais coup de lag.
    - Mode Armageddon servant d'entonnoir pour vous amener à l'Hôtel des Ventes, et si possible à l'Hôtel des Ventes en Euro : bonjour le système pay-to-win, assumé d'ailleurs avec un cynisme déconcertant.
    - Mode Armageddon ne proposant qu'une seule et unique problématique : avez-vous le bon matériel ? Le reste (vos compétences, votre talent de joueur, votre stratégie) ne sert STRICTEMENT à RIEN si vous n'avez pas le bon matos. Juste pitoyable...
    - A la fin, puisque tous les personnages sont les mêmes (aucune personnalisation de compétence possible) , le votre se résume à un empilement de matériel. Narcissique et masturbatoire : regarde ! C’est moi qui aie la plus grosse !
    - Le plaisir de jouer est totalement sacrifié au profit de la viabilité de l'HV : faut que ça crache des thunes !

    Blizzard nous prend vraiment pour des demeurés !
    De mon côté, c'est simple, "desinstall" et bye bye !
    Je vais tester Torchlight 2 qui à l'air d'être fait, lui, par des passionnés.
    Je regrette bien de m'être fait enfler (mettre le "i" où il faut) de 60 euros.
    Ce n'est pas sain de souhaiter le pire à quelqu'un ou à quelque chose mais je ne peux m'empêcher d’espérer que ce « truc » ne se plante !
    25 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 13 juil. 2013
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 6 ans.
    8 personnes sur 11 ont trouvé cette critique utile.
    Diablo 3 c'est quoi ?

    + Un jeu visuellement sympa et artistiquement réussi.
    - Mais graphiquement dépassé et pas du tout optimisé.
    Quand on est IG, c'est joli quand on est à la page de chargement et quand l'on voit son perso de près, ça pique les yeux.

    + L'histoire est vraiment le plus. Même si elle reste prévisible, elle est très bien construite. On a des cinématiques dignes d'un Pixar, des petits livres à lire un peu partout, des perso en ville qui racontent des anecdotes, des PnJ avec qui on peut lancer des discussions est en apprendre un peu plus sur l'histoire. On trouve des récits, livres and co un peu partout qui raconte des tragédies, l'histoire et tous narrés oralement avec différentes voix bien choisies. Un vrai régal pour les oreilles. Ca demandera quelques heures pour tout découvrir.
    - Le dernier acte n'a pas réellement d’anecdotes. On nous raconte plus les grades célestes.

    + Gameplay classique mais jouissif. On arrive, on pète tout, on fait voler des bras, des jambes, le mobilier y compris. Un grand panel de choix dans les sorts. Ils sont d'ailleurs tous viables. C'est une question de goût et d'optimisation/rentabilité. Il y a moyen de monter un perso à ses goûts, soit en finesse ou l'inverse, en machine à détruire ou en tank indestructible.
    - Un grand choix qui est malheureusement restreint pour celui qui compte garder ses bonus. A chaque élite tué, on gagne un bonus de gold/item. Si on change ses sorts, on perd ce bonus. Du coup la palette de sorts perd tout son sens. On ne peut pas définir son build selon la zone à moins d'y aller que pour le fun.

    + Sur la longévité. Un Hack'n'Slach ça dure jusqu'à la lassitude.
    - Durée de vie ridicule. On a même des hauts faits qui demandent de finir un acte en moins d'une heure (il y en a 4). C'est-à-dire que les dev's ont prévu un jeu finissable en moins de quatre heures. Ce qui est quand même effrayant. Le dernier acte, j'ai eu l'HF sans le faire exprès tellement il est court.
    L'AH réduit le défit et la fierté. L'aléatoire qui n'existe pas.
    Le PvP promis à la sortie qui a été implanté un an après et qui reste une petite zone sans règle à quatre joueurs. En gros c'est médiocre.
    Pour avoir payé une collector à 100€, j'ai été frustré.

    + bande son qui fait son rôle. Avec un bon casque il y a des bruitages bien précis, une ambiance présente. C'est agréable pendant le jeu.
    - Pas réellement de musique, l’oppression des 2 autres opus n'est plus.

    Pour la comparaison Diablo 3 est très loin du 2, je dirais que le 2 est très loin du 1er opus aussi.

    Pour finir, le jeu vaut-il le coup ? Non, il est sympa mais à tester comme ça. Mais il ne vaut pas le coup d'un achat actuellement à mon goût.
    Trop court, pas de PvP, pas d'aléatoire, du coup un jeu trop rébarbatif mais le faire une fois reste une bonne expérience.
    8 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 25 déc. 2009
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 9 ans.
    3 personnes sur 3 ont trouvé cette critique utile.
    Qui n'a jamais joué à Diablo 2 et peut être même à Diablo ?

    Même à l'aube de 2010, 10 ans plus tard, et avec le troisième opus en préparation, il arrive encore d'avoir cette nostalgie qui nous fait installer de nouveau ce jeu mythique et qui nous envoie dans de longues heures passées à traverser les actes pourtant connus et reconnus de cet univers.

    Diablo n'a jamais eu la prétention d'être graphiquement une bombe mais celle d'être jouable et fini. On ne lui enlèvera ni cet aspect ni la richesse de son univers de part la diversité des classes, des modes de jeu et des possibilités d'avancement.

    Ce jeu, un des premiers à moitié persistant, permets à la fois de s'amuser dans son coin ou en groupe, en tapant du monstre ou du joueur et en permettant un commerce vivant entre les joueurs, même encore aujourd'hui. Ce titre est bien au delà du temps et quiconque ne l'a jamais eu entre les mains se doit de mettre de côté son aversion pour la partie graphique et de l'essayer en attendant le troisième opus !
    Publié le 25 déc. 2009 à 02:57, modifié le 25 déc. 2009 à 05:19
    3 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 1 sept. 2012
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 7 ans.
    13 personnes sur 18 ont trouvé cette critique utile.
    Par Avatar de Harpo
    Ecrit peu après la 1. 0. 4
    Comme beaucoup, je suis effaré du côté bâclé et non fini d'un jeu qui est en développement depuis de si nombreuses années.

    Le côté HV et HVAR ne me dérangent que partiellement : l'HV, je m'y suis fait même si j'aurai préféré découvrir mon équipement moi-même en jeu et l'HVAR n'est pas incontournable et ne constitue qu'un raccourci.
    L'évolution des skills et du personnage me parait bien légère et les 100 niveaux paragon semblent plus un cache misère qu'autre chose. Aucune spécialisation possible, le craft est juste une vaste blague (à part pour la phase de pex). Mais encore une fois j'essaie de ne pas trop y prêter attention et j'attends le développement. Ils aiment visiblement prendre leur temps pour comprendre comment faire un jeu chez Blizzard South.

    Par contre, ce qui me gêne beaucoup plus c'est le manque de réflexion sur la difficulté et l'intérêt du jeu end game. Selon les affixes, les packs d'élites peuvent être incroyablement nuls ou complètement impossibles à tuer. Pour passer outre cela la seule vraie difficulté est d'accepter de jouer plus pour se stuffer. Le fameux "gear check" de chaque acte qui est, lui, bien frustrant.
    Ensuite les boss sont justes risibles. A part Gohm qui m'a bien saoulé avec son enrage, je n'ai jamais eu la moindre difficulté sur un boss :
    - Le boucher n'est qu'un dps check. Rien à faire que de le dps comme un bourrin et le tomber avant que la salle ne s'enflamme.
    - Belial : faut juste esquiver les météorites (et encore un dps check pour le tomber avant l'enrage)
    - Azmodan : euh... c'est un boss lui ?
    - Diablo : Là je me marre ! Quand j'ai fini l'acte 4 en inferno, je n'avais pas un super stuff et j'ai dû esquiver quasi tous les packs d'élites et run aux tp pour avancer les quêtes. Suite à ça, je suis allé voir Diablo et je l'ai tombé sans aucun souci. Le maître des enfers arrive à peine à la cheville d'un de ses champions...

    Et finalement, LE gros point noir pour moi de Diablo et sans doute l'adversaire le plus redoutable du jeu : le lag : x
    Pourquoi, mais pourquoi obliger les gens à se connecter et donc à laguer dans un jeu basé sur la réactivité ? Accessoirement le jeu est aussi basé sur le placement et les bugs sur le placement entre client et serveur sont nombreux (sur ton écran, tu apparais à un endroit mais en fait le serveur croit que tu es 2m plus loin... dans les flammes et tu meurs). Très franchement je dois bien 80 % de mes morts au lag et ça, c'est moche.
    Je ne reviens pas sur les diverses compétences bugguées, encore une fois 10 ans de développement ce n'est visiblement pas suffisant pour faire un jeu fini...
    Publié le 31 août 2012 à 05:52, modifié le 1 sept. 2012 à 03:57
    13 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 20 nov. 2013
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 5 ans.
    5 personnes sur 6 ont trouvé cette critique utile.
    Path of Exile un hack'n slash tout dans la finesse, c'est à dire taper du mob pour avoir un équipement amélioré comme un malade (bah c'est un hack'n slash après tout vous aimez ou vous n'aimez pas).

    Si j'ai bien suivi, ce jeu a demandé trois ans de développement et bien je peux dire que ça se voit, enfin un jeu où il faut un minimum réfléchir, enfin des boss dignes de ce nom où la moindre erreur se paie cash. Comme je n'aime pas trop faire un grand discours, on va commencer par les points forts :

    - Bestiaire assez varié (humain, sirène, zombie, squelette, etc)
    - Très bien optimisé, peu de bug
    - Graphiquement très propre
    - Bande son très agréable qui met dans l'ambiance
    - Vraiment Free to play, pas de cash shop qui avantage ceux qui sortent de l'argent (que des décorations ou bien XP plus rapidement)
    - Très bon suivi des développeurs
    - Système d'évènements que je ne peux pas trop expliquer vu que je n'ai pas testé
    - Système de compétences dont on va expliquer le principe.

    Vous avez donc des archétypes (agilité, force, et intelligences) , ce qui va décider de votre "orientation". Par exemple, le ranger démarre dans la "zone" agilité, du coup votre départ et vos compétences premières seront du coup exclusivement axées agilité durant vos 5 ou 6 premiers niveaux. Après ces niveaux s'ouvre à vous une nouvelle routes vers l'archétype intelligence, qui ainsi de suite ouvrira une nouvelle voie. C'est un rapide schéma mais ce système est l'un des premiers que j'ai vu à être autant libres et compliqué, où chaque point dépensé doit être pensé à l'avance sous peine de "rater" votre perso.

    Pour des personnes comme moi qui aime bien se différencier des autres joueurs, ça ouvre des perso vraiment originaux. Par exemple, mon ranger est axé critique mais pas dans les dégâts par seconde et je n'ai pas mis de points dans les défenses élémentaires (chaos, feu, glace). Du coup je fais de gros dégâts qu'en critique donc tous les 2 coups, tandis que sur des boss qui infligent des dégâts magique je perd beaucoup de vie, ce qui fait que ma progression est très difficile.


    Les points faibles maintenant :

    - Serveurs assez instable, peut-être victime de son succès ?
    - Guerre des clones, pas d'options de personnalisation (je ne sais pas si c'est un mauvais point pour ce genre de jeux donc à prendre avec des pincettes)

    C'est à peu près tout, je n'ai pas comparé ce jeu avec son concurrent Diablo vu que je n'y ai pas joué. Mais ce que je peux en dire, c'est que ce jeu a une très bonne communauté, de très bon développeurs. Ce jeu pourra aisément s'installer et faire partie des grands et c'est ce que j'espère de tout coeur.
    5 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 6 juil. 2012
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 7 ans.
    9 personnes sur 14 ont trouvé cette critique utile.
    Je me suis fait chier les plus de 270 heures pour finalement pouvoir décréter officiellement que Diablo III, c'est de la daube.

    Ce qui s'est passé pour Diablo, je n'imaginais vraiment pas qu'il était possible de rater un jeu aussi simple avec les bases déjà posées depuis deux jeux et malheureusement ils l'ont fait. Et le pire, c'est que cette fois-ci, je ne peux plus revendre mon jeu, c'est juste incroyable comment le monde peut prendre une tournure totalement différente de ce qui était logiquement prévu ou prévisible...

    Ils n'avaient qu'à refaire Diablo II en version HD avec de nouveaux lieux et quelques monstres nouveaux en plus sans toucher à grand-chose et tout le monde auraient été content, même en rajoutant leur foutu Hôtel des vente Argent Réel...

    Au lieu de ça, ils ont préféré faire ce gros CACA qu'une fois les premières heures passées dessus attiré par l'odeur du bon vieux Diablo 1 ou 2, on finit par se dire qu'on s’amuserait plus à jouer au démineur. Pourquoi faire simple quand on peut tout massacrer ?

    La sauce est à gerber alors que la recette originelle de Diablo est excellente ! Je crois que j'ai trouvé la meilleure métaphore possible pour qualifier ce jeu...

    Comme dirait Bart Simpson du future : "Blizzard c'était cool avant ! " et sont pas prés de m’extorquer d'un euros de plus !
    9 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 30 juin 2009
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 10 ans.
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Voila une deuxième chronique de Diablo 2, un jeu qui a marqué toute une génération de joueurs, a affirmer un style (Hack'n'slash) et qui après bientôt 10 ans d'existence n'a pris que très peu de rides.

    Bien sur ma chronique se base sur Diablo2 avec Lord of Destruction (LOD) , l'extension inévitable.
    Vous combattrez les armées de l'enfer en incarnant le puissant barbare, maitre d'arme qui écrase ses ennemis par sa force !
    Le Nécromancien qui réveille les morts, lance des malédictions ou un tas de sorts plus gores et jouissifs les un que les autres !
    La sorcière, maitresse des éléments, qui foudroie ! Glace, ou brûle les hordes adverses !
    L'assassin, une classe très fine, qui se joue de différente manière, avec les pièges ou en arts martiaux !
    Le paladin, une autre classe redoutable au corps à corps mais qui maitrise également la magie, l'ennemi juré des morts-vivants !
    Le druide qui contrôle la nature, peut invoquer des tempêtes ou bien invoquer des esprits sylvains !
    Et enfin l'amazone, la classe a distance du jeux, Arc et javelot a la main !

    Le jeu est coupé en 5 actes, vous passerez par tout les paysages classique du médiéval fantastique :
    Les plaines humides, les caves sombres infestés de morts-vivants, le désert, la jungle, les montagnes enneigés et même l'enfer !

    Maintenant passons aux choses sérieuses, ce qui fait que Diablo2 est indétrônable depuis tant d'années...
    Son gameplay, dynamique au possible, jouissif, défoulant et très varié. Rien que ça !
    l'action du jeu est vraiment rapide, en mode de difficulté enfer vous aurez même quelques crampes a la main qui tient la souris ; )

    Quel plaisir de pouvoir dégommé tout ses démons, morts vivant et autres bestioles avec son avatar, les effets de sorts sont très jolies, et on même bien vieillis (on sait que la 2D vieillie beaucoup mieux que la 3D)

    Diablo 2 prend toute son ampleur en multijoueur bien entendu, c'est un jeu fait pour.
    Vous pourrez faire du commerce avec les autres joueurs, cette partie est vraiment très importante, généralement les objets dont vos personnages sont équipés proviennent des échanges réalisé, ça troc dans tout les sens en multi, mais attention aux arnaques, la communauté est quand même bien vicieuse.

    En effet le nombres d'objets disponible est énormes, une centaine d'armes, armures, bottes, boucliers et tant d'autres, qui n'attendent que d'être dropé sur les boss ou échangés. La durée de vie du soft s'en retrouve alors vraiment prolongé, rejouable même a l'infini avec ses cartes aléatoires a chaque nouvelle partie.

    Et pour les plus exigeant en matière de difficulté, le jeu propose le mode "hardcore" : quand votre perso meurt, fini, vous ne pouvez plus jouer avec.
    Frissons garantie, et adrénaline ! Jouer un personnage Hardcore en enfer est un des plus gros challenge que vous pourrez trouver dans l'univers des jeux-video : )

    Pour conclure, Diablo 2 est un excellent défouloir, un jeu épique, une histoire sombre et une très belle expérience de jeu au final, vous vous en souviendrez... croyez moi ; )
    Publié le 25 juin 2009 à 01:56, modifié le 30 juin 2009 à 12:24
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 1 juil. 2012
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 7 ans.
    8 personnes sur 14 ont trouvé cette critique utile.
    Par
    Ce jeu est tout simplement sans intérêt, il n'y a rien à faire dessus, aucun sens, aucun loot et je roule quand même sur l'inferno !
    Lassant comme pas possible, répétitif comme pas possible, ennuyant comme possible. xdlolol

    Bref, c'est un jeu spécialement horriblement nazebrok !
    Hormis un bon gameplay, ce jeu n'a absolument rien d'autre pour lui, il est d'une défaite sublissime, d'une laideur incontestable !
    C'est une honte, oui monsieur, une honte.
    J'ai fini le jeu, on se fait tellement chier, c'est pas possible 60e pour ça mais où va-t-on, je vous le demande.
    Douze ans d'attente pour nous pondre toujours les mêmes décors, des actes des précédents opus, oui, oui, oui, beaucoup de même mobs, oui, oui, oui, génial !
    Les métiers mais quelle magnifique inutilité à l'état pur et dur, oh oui monsieur !

    Le jeu fini en normal, arma par la majorité des gens en un mois et vu le nerf des actes, on va où là svp. On va où, ils vont nous pondre une extension pour faire quoi ? Dans la minute qui suivra, elle sera terminée. Waaaaa géniallllllll, et on laisse imaginer l'immersion. ZERO GARS, ZERO, NAZE, NUL.
    Jeu totalement à déconseiller !
    Publié le 1 juil. 2012 à 17:28, modifié le 1 juil. 2012 à 17:35
    8 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 4 nov. 2015
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 3 ans.
    5 personnes sur 9 ont trouvé cette critique utile.
    Étant donné que les autres critiques font des présentations courtes du jeu, voici une présentation plus détaillée.
    Attention, pavé.

    PoE est un pur hack & slash, un Diablo II aussi libre que Diablo avec en plus une vraie résolution graphique adaptée aux machines récentes et un arbre de compétences à la Final Fantasy X. Le jeu est en 3D mais l'impossibilité de changer l'axe de vision donne le sentiment que cette 3D est sous exploitée.
    Il se joue en ligne sur des serveurs hébergés chez l'éditeur. Le client local est de taille raisonnable mais souffre encore, mi-2015, de désynchronisations intempestives qui peuvent s'avérer gênantes en cas de rencontres tendues. L'éditeur travaille dessus et a récemment sorti un correctif pour tenter d'améliorer les choses (peut mieux faire) .
    A propos de l'éditeur justement. Grinding Gear Games est une petite équipe néo-zélandaise et semble tenir à garder un modèle économique Free to Play. Les objets disponibles en boutique sont essentiellement cosmétiques. Toutefois, les quatre onglets du coffre de base s’avéreront très vite insuffisants et il faudra rapidement songer à en acheter six de plus (pour 15-20 €) . Mais des promos sont régulièrement disponibles. Compter deux à trois mois au maximum pour revoir une promo sur le coffre. Ces promos changent quotidiennement, ce qui permet d'avoir un turn over de propositions rapides. Remis en perspective, ce n'est pas cher payé pour un jeu de qualité.

    Compétences
    PoE propose un système de compétences intéressant : l'arbre de compétences (similaire à FFX) ne donne pas des pouvoirs supplémentaires mais des bonus sur ces pouvoirs ou les caractéristiques du personnage (dommage des armes, des pouvoirs, caractéristiques, points de vie, de mana, bonus pour les minions, armure / esquive / bouclier énergétique, etc.) .
    Qui plus est, tout au long de la campagne, on peut accumuler un peu plus d'une vingtaine de points qui permettent de réattribuer différemment autant de compétences.

    Pouvoirs
    Les pouvoirs du personnage ne sont pas dépendants de l'arbre de compétences mais de gemmes qui peuvent être installées sur les pièces de l'équipent. Ces gemmes gagnent de l'xp et montent en niveau en parallèle du personnage (sans ralentir sa propre progression) . Certaines gemmes peuvent apporter un bonus supplémentaire à d'autres gemmes, ainsi, il est possible (et même recommandé) de combiner plusieurs gemmes pour obtenir un effet plus puissant.
    En combinant plusieurs pouvoirs (par exemple une attaque de zone, une attaque puissante à cible unique et une aura de défense ou un pouvoir de fuite) , on obtient un personnage viable qui peut faire face aux principales situations de jeu. Le nombre de raccourcis pour activer un pouvoir est restreint (cinq touches de clavier et les boutons de la souris) , ce qui limite le nombre de pouvoirs que peut utiliser un personnage. Par contre, il est facile et rapide d'échanger des gemmes sur l'équipement et donc d'adapter ses pouvoirs en fonction des cibles.

    Équipement
    Le jeu propose un système d'équipement très proche de Diablo (casque, armure, gants, bottes, main primaire, main secondaire, ceinture, amulette, deux bagues) . Même le système d'armes principales et alternatives que l'on bascule avec Tab est repris.
    Toute pièce d'équipement peut être normale, magique, rare ou unique (pas de sets comme dans Diablo) . Le système de préfixes et de suffixes qui détermine les effets des objets est également repris.
    La grande différence repose sur les emplacements pour les gemmes de pouvoirs et surtout les potions qui ne sont pas consommées mais disposent de charges qui sont restaurées au fur et à mesure que l'on élimine des mobs.

    Craft et trading
    Il n'y a pas d'or dans PoE. La monnaie d'échange de base avec les PNJ sont les parchemins de téléportation et d'identification. Il existe également des orbes aux pouvoirs variés : rendre un objet magique, relancer les valeurs numériques d'un objet, améliorer la qualité d'un objet, changer aléatoirement les effets d'un objets ou même dupliquer un objet pour l'une des plus rares. Certaines de ces orbes (que l'on appelle currency) sont recherchées en craft et servent de monnaie d’échange pour les transactions entre joueurs.
    Il est possible d'ajouter des effets à un objet, par exemple ajouter de la vie ou de la résistance à un élément. A haut niveau, il est même possible de fabriquer une pièce d'équipement de toute pièce.
    Les échanges entre joueurs sont possibles via des canaux dédiés et quelques outils hors jeu développés par des fans. Il n'y a ni «  hôtel des ventes  » ni rien d'équivalent intégré au jeu.

    La cachette personnelle (hideout)
    Au fur et à mesure que l'on explore l'univers, on peut rencontrer des masters. Ces maîtres artisans proposent des missions quotidiennes qui permettent d'accumuler des points de réputation avec eux. Ces points permettent d'accéder à une zone personnelle qu'il est possible de personnaliser. Les meubles sont achetés avec la réputation envers chaque maître. C'est purement cosmétique mais il y a moyen de fabriquer un repaire plutôt sympathique. Le principal intérêt, reste toutefois la possibilité de débloquer les "tables d'atelier" utiles pour le craft évoqué dans le chapitre précédent et un accès direct à un téléporteur qui permet d'accéder aux cartes de haut niveau.

    Les niveaux
    Le jeu compte une histoire principale en quatre actes. On atteint la fin du quatrième acte vers le niveau 40 environ.
    Puis on a la possibilité de recommencer à un niveau de difficulté supérieur (Cruel) qui nous fait atteindre le niveau 60 environ.
    Puis encore une fois (Sans merci) jusqu'au niveau 70 environ.
    Au-delà, le jeu propose un système de cartes indépendantes. Les cartes vont du niveau 68 au 82 mais comme tous les objets, il est possible de les améliorer (magique, rare, unique et qualité) ce qui augmente drastiquement leur difficulté (et la qualité et/ou quantité des loots au passage) .
    Un personnage peut monter jusqu'au niveau 100 mais la courbe de progression subit un sacré ralentissement autour du niveau 80 (voir bien avant pour un personnage bancal) .
    La mort est pénalisante en difficulté "cruel" (perte de 5  % de l'xp du niveau en cours à chaque mort) et en sans merci (10 % ) . Une astuce : si vous avez du mal à passer un boss, allez lui rendre une petite visite juste après avoir passé un niveau. Il n'est pas possible de perdre un niveau, vous pourrez alors passer ce boss par la force brute en mourant à répétition. Ce n'est pas glorieux, mais ça passe. Attention toutefois, si vous avez beaucoup de mal à passer un boss de fin de niveau, il est probable qu'il faille revoir votre personnage. 

    Les monstres
    Les monstres reprennent le même code couleurs que les objets : blanc/gris = trash mob ou objets communs, bleu = objets magiques ou mobs plus costauds, jaune = boss ou objets rares. Les formes, les attaques et les pouvoirs sont assez variés. En général, ils utilisent des pouvoirs qui sont également disponibles aux joueurs (gemmes) .

    Les ligues
    PoE propose plusieurs modes de jeu qui sont appelés ligues.
    La ligue Standard, qui comme son nom l'indique, n'a rien de spécial.
    Et les ligues temporaires qui durent quelques mois (3 ? ) et apportent quelques éléments de gameplay supplémentaires (et dont le détail est disponible ici) .
    Ces deux types de ligues sont disponibles en mode hard core : quand votre personnage meurt, il est automatiquement transféré dans la ligue soft core équivalente (standard ou temporaire) .

    Voilà, c'est une vision assez détaillée du jeu mais il n'est pas exempt de défauts.

    Quelques remarques personnelles complémentaires :

    - Le jeu est (à mon goût) trop basé sur le grind et la frustration. Les drops d'items sont globalement insuffisants pour jouer confortablement dans une zone de son niveau. A niveau du personnage et équipement égal à la zone, le jeu reste assez tendu, surtout sur les boss et les gros packs de monstres spéciaux (bleu) . Les drops sont par définition de niveau égal à la zone. Malheureusement quand on est d'un niveau supérieur à la zone, les drops baissent en qualité. On se retrouve ainsi enfermé dans un cercle vicieux : niveau trop haut, moins de drops de qualité, matos de merde, plus de difficultés pour jouer, farmer de l'xp pour monter de niveau, etc.
    Le seul moyen de sortir de ce cercle vicieux est d'acheter du matos à d'autres joueurs. Mais pour cela il faut farmer des currency...
    A terme, cette frustration générée par la rareté des «  bons  » items a un effet très négatif sur la durée d'adhésion au jeu. Il semblerait que beaucoup de joueurs ne restent par sur PoE à cause de cela.
    Soyez donc prévenus : PoE est un pur jeu de grind.

    - PoE ne propose rien d'autre que des channels dédiés et une fenêtre d’échanges directs de perso à perso pour le trade. C'est très léger mais il existe des alternatives sur le forum et des outils de recherches hors jeu (non contrôlés par l'éditeur) .
    Mais au final, l'échange se fera toujours de joueur à joueur en live.

    - Il est très facile de foirer un personnage : en faisant des mauvais choix de pouvoirs ou de compétences essentiellement. Partez du principe que votre premier perso sera très probablement foiré, qu'il n'atteindra peut-être jamais le dernier Boss de l'acte 4 en mode "sans merci". Ces défauts ne seront révélés que vers le niveau 60. Il faut savoir qu'à partir des cartes 70+, le niveau de difficulté monte très vite. Et ce n'est qu'en optimisant toujours plus son personnage que l'on pourra atteindre et nettoyer les plus grosses cartes et leurs boss high end.
    PoE est un jeu de personnages jetables : quand il atteint son plafond, on peut ajuster quelques trucs mais après il faut en recommencer un nouveau pour le refaire en mieux.
    Le forum officiel regorge de modèles à suivre proposés par les autres joueurs. Malheureusement, ces modèles utilisent souvent du matos de ouf. D'où la frustration évoquée plus haut.

    - Le jeu est original et addictif. La campagne principale dure longtemps. Du moins la première fois. Pour les personnages suivants, la découverte est passée et on rush un peu plus.
    Le scénario est dirigiste (time line unique) , avec finalement assez peu de quêtes optionnelles. Mais l'histoire est globalement bien faite et les environnements et les monstres sont suffisamment variés. Certains lui reprochent tout de même une trop forte proportion de zones très sombres. On a le droit à du gore soft : juste quelques sprotchs et quelques éclaboussures rouges. Rien de bien méchant.

    Le mot de la fin
    Voilà, c'est tout pour l'instant (et c'est bien assez) .
    J'éditerais cette critique si de nouveaux points d'importance me reviennent en tête. En attendant, il est 2h du mat, c'est l'heure d'aller farm... heuu, d'aller se coucher. ; )
    EDIT 1 : évaluation détaillée et ajout du paragraphe sur le hideout.
    Publié le 16 sept. 2015 à 02:10, modifié le 4 nov. 2015 à 13:00
    5 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 26 août 2012
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 7 ans.
    8 personnes sur 13 ont trouvé cette critique utile.
    1996, les premiers PC, les premiers jeux, le premier Diablo

    Plus de quinze ans plus tard, après une longue attente, le dernier opus en date, Diablo III était attendu au tournant par des milliers de fans à travers le monde avec une question : pouvait il être à la hauteur de son prédécesseur ?

    Pour moi ce n'est pas encore le cas mais je garde à l'esprit que je compare un jeu fini (diablo II dans sa version 2012) à un jeu qui vient de naître.

    Le gros bémol pour moi est de forcer les gens à se connecter pour joueur. On a bien vu qu'il n'y a pas besoin d'une telle précaution pour empêcher les problèmes de sécurité étant donné les nombreux cas de vol de compte à la sortie...

    Maintenant, le jeu en lui même n'est pas assez bien équilibré (un mode difficile beaucoup trop difficile pour des joueurs normaux) et la finalité reste pour le moment à découvrir (une fois le jeu fini, il n'y a même plus cette possibilité offerte de chercher l'objet rare comme nous le faisions dans le II).

    Ce jeu est un bijou de conception (graphismes, fluidité, jouabilité, stabilité... ) mais il lui manque quelque chose pour en faire un très gros jeu : une âme.

    Néanmoins, s'il ne reste pas (pour le moment) comme un jeu d'anthologie, l'achat de la boite est compensé par une histoire impressionnante et saisissante assurant des dizaines d'heure de jeu à n'importe qui sans trop forcer.
    8 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • Afficher les critiques suivantes