Quel goût a donc le Hellgate nouveau ?

En 2007, Hellgate: London voyait le jour. Prématuré, il n'avait pas la force pour subsister et mourût peu après. On eût pu penser qu'il trouverait l'oubli dans un repos éternel, mais c'était sans compter les talents de nécromancien de l'éditeur coréen HandbitSoft qui exhuma les restes du titre afin de l'exploiter au delà de la mort. C'est ainsi une nouvelle fois que Hellgate se rappelle à nous.

Quel goût a donc le Hellgate nouveau ?

J'aime rappeler la petite histoire de Hellgate donc je ne vais pas me faire prier.

Tout à commencé chez Blizzard au début des années 2000, alors que le studio Blizzard North était afféré au le développement de Diablo 3 mais dont la vision de l'orientation du nouvel opus de la licence différait de celle de l'éditeur. Ces divergences d'opinions ont entraîné le départ des créateurs de la licence et de la majorité des développeurs du studio, jusqu'à ce que le studio ferme complètement.

Blizzard, propriétaire de la licence, confia alors la tâche à ses équipes de créer le jeu Diablo correspondant à sa vision, en profitant pour recommencer tout le développement de zéro. Les créateurs de la licence, quand à eux, fondèrent leur propre studio, Flagship, afin de développer leur hack 'n' slash : Hellgate: London.

Le titre se veut ambitieux et les développeurs n'ont plus le soutient de Blizzard. Ils se tournent donc vers des investisseurs pour pouvoir faire leur jeu. Mais qui dit investisseurs, dit pression pour un retour sur investissement. Le jeu sort donc prématurément, souffrant de nombreux bugs, et accompagné d'un abonnement optionnel pour le multijoueur, permettant d'accéder à divers avantages et modes de jeu pour 10€ par mois.

Flagship ferma en 2008 et les serveurs du jeu (gérés par les distributeurs) firent de même en 2009.

Toutefois, trois mois après la fermeture du studio, l'éditeur coréen HandbitSoft annonça le rachat des licences de Flagship, leur permettant de confier la refonte du jeu au studio coréen T3 Entertainment.

En 2011, sortait en Corée Hellgate: Resurrection, un MMO F2P basé sur Hellgate: London, reprenant avec des modifications plus ou moins importantes le jeu de Flagship et y ajoutant des cartes situées à Séoul. Puis, en 2014, le MMO devenait Hellgate: Global alors qu'il s'ouvrait au reste du monde et qu'il accueillait son extension emmenant les joueurs à Tokyo.

Le jeu mourût une seconde fois en 2016 alors que le MMO fermait ses portes. On aurait pu croire que cette fois était la bonne mais il y a eu ensuite l'annonce d'une jeu en réalité virtuelle ainsi que l'annonce d'un FPS sur mobile, tous deux situés dans l'univers de Hellgate.

Mais ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est la sortie sur Steam, le 16 novembre 2018, d'un jeu intitulé Hellgate: London.

Hellgate... London ?

HG-W10.jpg

J'ai dit que j'aimais bien raconter la petite histoire de Hellgate: London. J'avoue que d'une part elle n'était pas si petite, mais d'autre part, elle permet de mieux comprendre la suite.

En effet, même si le jeu est vendu comme étant Hellgate: London, il ne s'agit pas de Hellgate: London. Il s'agit en fait d'une version solo de Hellgate: Global. Et je préfère vous arrêtez tout de suite : la version solo de la version MMO d'un jeu qui peut se jouer en solo n'est pas la même chose que le solo du jeu de base. Il y a du bagage en plus. Et dans le lot, pas mal de casseroles.

Le modèle économique

Lorsqu'on sait que c'est l'adaptation d'un MMO F2P coréen, on est en droit de craindre le pire. Et c'était clairement le cas sur Global. Même si le jeu était vendu comme "gratuit", la partie gratuite était plutôt une démo encourageant à passer à la caisse ne serait-ce que pour progresser. En effet, passé un stade de l'histoire, il fallait acheter les zones suivantes. Et ces achats de contenu pouvaient ne pas être suffisant puisque par rapport à London, la progression était ralentie, l'inventaire réduit, etc, encourageant donc à passer par le cash shop pour améliorer l'expérience.

Heureusement, dans la version solo du MMO, le cash shop disparaît. Une partie de son contenu est rétabli de base au jeu (comme l'accès à toutes les zones, la vitesse de progression, etc) et le reste est accessible chez les vendeurs du jeu contre des Palladium, la monnaie du jeu. On retrouve donc une expérience correcte du jeu. Et surtout complète.

Cependant, cela a une contrepartie. Le jeu passe d'un modèle F2P à un modèle B2P, demandant donc une unique dépense pour acheter le jeu et en profiter pleinement ensuite. Cette dépense est toutefois plutôt raisonnable puisque le tarif du jeu est établi à 11€ (et se réduit à 8€ avec la promo de lancement).

Le contenu

HellGate: Tokyo

Le contenu est probablement la principale (la seule ?) force de cette version du titre. En effet, il bénéficie du maximum de contenu possible puisqu'il réunit tout celui de Hellgate: London (jeu de base + patchs) et également celui créé pour Hellgate: Resurrection. La zone de Tokyo n'est pas encore disponible car elle souffre de bugs mais il a été annoncé qu'elle serait ajouter plus tard et sans surcoût.

A noter que le contenu créé pour Resurrection touche également au contenu de la partie London, modifiant un peu les pouvoirs, l'étoffant avec quelques petites zones et quêtes, mais également ajoutant certaines nouvelles mécaniques. Parmi ces dernières, on pourra noter un changement sur les succès en jeu (le titre ne propose pas de succès Steam) qui donnent désormais des titres (dont l'intérêt est limité en solo) et également des bonus passifs (fournissant une carotte à ces succès).

Un autre changement intéressant est une jauge se remplissant à chaque ennemi tué dans la zone. Une fois celle-ci remplie, un champion est automatiquement invoqué, pour un peu plus de challenge et surtout un peu plus de loot.

La technique

C'est là où le bât blesse. Une partie est de la casserole remontant au passage en MMO, et le reste vient essentiellement du passage au solo.

Dans cette dernière catégorie, on notera ainsi quelques bugs qu'on peut espérer être patchés dans les semaines qui viennent (problèmes de fluidité de la souris, de memory leak, etc), on relèvera également des oublis avec des options qui ne servent plus à rien sans empêcher de jouer (comme autoriser ou non les autres joueurs à regarder notre équipement, réduire les noms des joueurs dans le chat, etc).

Les casseroles, quand à elles, laissent peut d'espoir d'être corrigées un jour. Ainsi, si Hellgate: London était disponible en divers langues (dont le français), la localisation a été entièrement refaite pour Hellgate: Global, en partant du coréen et pour l'anglais uniquement. Et pas du bon anglais. Il faut plutôt imaginer le Google Trad de l'époque.

Hellgate 2007
Hellgate 2018

Avant... Après

La plus grosse casserole est toutefois située au niveau des graphismes. Si le jeu original proposant à de choisir entre DirectX 9 et DirectX 10, sa version MMO impose le DX9, faisant sauter au passage certains effets et modifiant pas mal de textures pour un résultat plus simple et correspondant mieux aux goûts asiatiques. Et c'est cette version inférieure qui nous est aujourd'hui proposée...

Ne m'appelez plus jamais Hellgate: London

Cette nouvelle version de Hellgate présente donc divers défauts (et je n'ai pas été exhaustif).

HellGate: Tokyo

Le plus gros défaut est malheureusement qu'il ne propose pas de mode multijoueur. Si on comprend qu'ils ne remettent pas en place des serveurs qui fermeront deux ans plus tard, on aurait pu imaginer un système d'hôte comme on en trouve sur d'autres jeux. Ca aurait représenté un boulot monstre, mais ça aurait permis de largement compenser les défauts du titre.

On doit donc se contenter comme compensation d'un contenu plus étoffé que dans le jeu base et d'un tarif parfaitement raisonnable par rapport au contrat annoncé, ie Hellgate: Global solo.

Je ne peux donc déconseiller ce titre, mais j'aurais plutôt tendance à conseiller de mettre la main sur les CD du jeu original pour une expérience techniquement supérieure bien que moins riche en contenu. D'autant plus qu'on trouve divers mods pour renouveler l'expérience. Et même pour rétablir le multijoueur.

Réactions (14)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Hellgate ?

68 aiment, 23 pas.
Note moyenne : (101 évaluations | 5 critiques)
5,2 / 10 - Moyen
Evaluation détaillée de Hellgate: Resurrection
(41 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu